Étude de marché

Résumé

Le projet Manuscrit Dépôt vise à doter la francophonie d’un premier éditeur libraire francophone sans but lucratif en ligne sur le Net, un concept fort répandu en Europe et aux États-Unis. Après une étude approfondie de plus d’une soixantaine d’expériences similaires en différents pays, les promoteurs Serge-André Guay et Renée Fournier optent pour l’application la plus large du concept en s’engageant à publier tous les manuscrits déposés par les nouveaux auteurs, auteurs et écrivains. Nous voulons faciliter l’accès à l’édition en réalisant la double promesse de l’Internet : la liberté d’expression et la diversité éditoriale. Il suffira de respecter la Charte des droits et des libertés de la personne et des lois afférentes pour être édité.

L’auteur intéressé déposera son manuscrit, en personne ou en ligne. Nous lui proposerons une entente de services de deux ans. L’auteur demeurera titulaire de ses droits d’auteur, ce qui lui permettra d’amorcer ou de poursuivre ses démarches auprès des éditeurs traditionnels de livres papier. Notre entente l’assurera d’une remise de 10% sur le prix de vente de chaque exemplaire vendu. Il revient à l’auteur d’assumer la correction et la révision de son œuvre. Le travail sur le manuscrit se limitera à la mise en page.

Le lecteur intéressé par un titre pourra télécharger un exemplaire numérique sur son ordinateur personnel et en tirer une copie papier sur sa propre imprimante. L’exemplaire numérique est vendu à un prix fixe de 5.00$. Les lecteurs seront invités à commenter les œuvres et leurs appréciations, pourvu qu’elles soient constructives, seront ajoutées à la présentation des titres. Auteurs et lecteurs pourront échanger sur les œuvres et les commentaires qu’elles suscitent.

Enfin, l’auteur pourra modifier son œuvre en tout temps à la lumière des critiques de ses lecteurs ou de l’évolution de sa propre réflexion, ou encore des événements. Il s’agit-là d’un avantage marqué de l’édition numérique en ligne sur l’édition papier traditionnelle qui oblige l’auteur à attendre le prochain tirage pour améliorer son travail. L’œuvre en ligne est évolutive. Le lecteur qui achètera l’exemplaire numérique d’une œuvre pourra accéder gratuitement aux versions revues et corrigées.  

Le travail d’édition et le service après vente envisagés par les promoteurs se distingueront donc très nettement des procédures habituelles de la chaîne traditionnelle du livre papier. Nous n’avons pas la prétention d’appliquer les mêmes standards de qualité retenus par le milieu traditionnel du livre et c’est pourquoi nous parlons d’un nouveau type d’édition : l’édition manuscrite. Les lecteurs en seront avisés et, pour qu’ils achètent en toute connaissance de cause, le travail réalisé sur chaque manuscrit sera précisé dans sa présentation.  

Nous croyons que toute personne qui se donne la peine d’écrire mérite d’être lue et qu’il revient d’emblée aux lecteurs de juger de la qualité de l’écrit, selon ses propres critères et exigences.  

Actuellement, les lecteurs ont accès à une toute petite partie de ce qui s’écrit en français au Canada et ailleurs dans le monde. Nous estimons que les éditeurs traditionnels refusent 90% des manuscrits soumis à leur attention. Et la très grande majorité des refus est motivée par la capacité limitée des éditeurs à publier des nouveautés tout comme par la capacité limitée des libraires à accueillir sans cesse de plus en plus de nouveautés, et non pas par un manque de qualité des manuscrits proposés. L’édition en ligne permet de multiplier à l’infini les nouveautés sans le risque financier habituel puisque l’inventaire est virtuel, tout comme la distribution. D’ailleurs, on peut espérer que l’offre d’exemplaires numériques à télécharger engendre 85% des ventes, en référence à l’expérience des éditeurs libraires déjà en ligne.

Et ces derniers n’investissent pas le milieu de l’édition par hasard. C’est après avoir encaissé le refus de nombreux éditeurs traditionnels pour un premier, un deuxième puis un troisième manuscrit que Serge-André Guay en arrive à la conclusion qu’il est plus difficile d’être édité que d’écrire, surtout si vous n’avez pas encore une publication à votre actif. Et dans ce cas, non seulement vous n’avez pas droit à une aide gouvernementale, mais vous ne pouvez pas devenir membre d’une association d’écrivains. Les nouveaux auteurs se retrouvent souvent tout fin seuls, sans point de ralliement pour s’encourager les uns les autres, pour défendre leur droit à la liberté d’expression et pour vanter haut et fort la diversité éditoriale. Il est pris dans un cercle vicieux jusqu’à ce qu’il convainque un éditeur de publier son manuscrit. Et pour ce faire, il lui faudra investir, souvent plus de cent dollars en reproductions de son manuscrit, en frais de poste et de téléphone pour rejoindre trois éditeurs potentiels. Et comme les nouveaux auteurs ne peuvent généralement pas réinvestir à volonté dans le démarchage d’éditeurs, plusieurs abandonnent et remisent leurs manuscrits. Ce n’est donc pas non plus par hasard que les promoteurs ciblent les nouveaux auteurs et réservent au moins une collection aux libres-penseurs.

Enfin, le projet compte aussi plusieurs autres volets destinés à la chaîne du livre. Les promoteurs offrirons aux éditeurs traditionnels un banc d’essai numérique pour tâter le marché des titres dont ils sont plus ou moins convaincus du succès. Ils offriront également aux éditeurs traditionnels la mise en marché de leurs titres papier en version numérique, cette dernière attirant davantage de nouveaux lecteurs qu’elle cannibalise les ventes des exemplaires papier.

De plus, les bibliothèques pourront s’abonner à la banque de livres numériques pour la rendre accessible à leur clientèle via leurs postes Internet. Les libraires ne seront pas en reste puisque les promoteurs inviteront les internautes rébarbatifs au commerce en ligne à se rendre chez leur libraire habituel pour commander et payer leur achat. Nous tiendrons un marché du livre usager sur notre site avec paiement du droit d’auteur.

Bref, l’objectif est de réunir tous les services sous un même toit. Les promoteurs veulent passer à l’action en réalisant la première phase du projet à la fin de l’automne 2003 : l’édition de nouveaux auteurs. Et puisqu’ils ne peuvent les rejoindre via une association, ils lancent cet appel public avec la complicité des médias. En fait, le projet verra le jour que si un nombre suffisant de nouveaux auteurs manifestent leur intérêt et appuient le projet. Avant même de démarrer le projet, nous voulons avoir en main l’appui de 365 nouveaux auteurs ou 365 promesses de manuscrits de façon à être en mesure de publier un titre par jour dès la première année. Les intéressés sont invités à s’informer, à commenter et à appuyer le projet à l’aide de cette page Web.

LIRE LA SUITE

Partie 1 – Finie la course à l’éditeur

Partie 2 – Motiver les lecteur

Annexes

4 comments on “Étude de marché
  1. […] locale dans LE JOURNAL DE LÉVIS. Au départ, le site Internet de la Fondation comprend uniquement l’étude de marché réalisée pour la création d’un éditeur en ligne québécois accompagnée d’un sondage auprès des auteurs. Six semaines après la mise en ligne du site, […]

  2. […] a commencé par la mise en ligne sur le web d’une étude de marché pour la création d’un premier éditeur virtuel québécois alors qu’on en comptait déjà une soixantaine en Europe dont 30 en France. Les auteurs […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pour tout savoir sur le monde du livre et ses coulisses – Guide pratique et critique

Le monde québécois du livre et ses coulisses, guide pratique et critique, Serge-André Guay, Fondation littéraire Fleur de Lys. Cliquez sur la couverture ci-dessus pour en savoir plus.

Bienvenue

Soucieuse de bien informer ses auteurs, la Fondation littéraire Fleur de Lys met à leur disposition ce Centre d'information sur l'édition en ligne, le nouveau monde du livre, l'édition électronique, l'impression à la demande, le livre numérique, la vente de livres en ligne, la place du livre sur Internet, le papier électronique, le livre numérique,.... Ce site est rattaché à celui de la Fondation littéraire Fleur de Lys.

%d blogueurs aiment ce contenu :